Votre cerveau et vos intestins!

par Mélissa Grenier I.O. (interne en ostéopathie)

 

Oui, Oui…il existe bel et bien une relation entre votre cerveau et vos intestins, laissez moi vous expliquer….

intestin

L’axe cerveau-intestin

Tout d’abord, saviez-vous que votre tube digestif est également appelé le « petit cerveau »? C’est parce que ce dernier est capable d’avoir sa propre autonomie grâce à un système nerveux que l’on appelle le système nerveux entérique.

Votre système nerveux entérique comprend 100 millions de neurones qui sillonnent sur toute la longue de votre tube digestif!

Le rôle de ce système est de contrôler et de coordonner plusieurs fonctions au niveau du système digestif, dont la motilité, la sécrétion et la circulation sanguine.

Le nerf vague en lien avec les intestins

Le nerf vague est le nerf parasympathique le plus important du corps! Ce nerf qui est également appelé le 10ième nerf crânien émerge à la base du crâne entre l’occiput et le temporal. Il se dirige entre les muscles scalènes et la carotide pour ensuite aller à l’intérieur du thorax, en passant jusqu’au diaphragme et finalement, au niveau de l’abdomen.

Ce nerf est primordial pour l’axe cerveau-intestin puisqu’il a comme rôle le transport de toutes les informations entre les viscères et le cerveau. Il va innerver plusieurs structures en lien avec le système digestif dont le foie, la vésicule biliaire, l’estomac, la rate, le duodénum, le petit intestin, le colon ascendant et transverse.

2

Figure 1 : Schéma du nerf vague

Vos intestins et la sphère affective

Plusieurs recherches en gastroentérologie démontrent que les facteurs de stress vont perturber la communication au niveau de cet axe reliant le cerveau aux intestins. Donc, si vous vivez certains désordres affectifs, cela amènera un impact dans la modulation de la sécrétion, de la motilité, de l’inflammation et de la réponse sensorielle de vos intestins.

Inversement, cette voie de communication apporte de nouvelles conclusions pour expliquer la présence de comorbidité des désordres affectifs de l’humeur et de l’anxiété impliqués dans les problématiques gastro-intestinales.

La sérotonine, les émotions et les intestins

La sérotonine est un neurotransmetteur qui a un rôle dans la régulation du sommeil, de l’appétit, du comportement sexuel, des douleurs et du contrôle neuroendocrinien. Elle est également très impliqué au niveau de l’humeur, et dans les réponses face au stress et à l’anxiété.

Ce neurotransmetteur est fortement lié au système gastro-intestinal puisque 95 % de ce dernier est synthétisé par l’intestin! La sérotonine est non seulement produite au niveau intestinal, mais elle y est également entreposée. Elle est également très reliée à l’axe cerveau-intestin puisqu’elle est impliquée dans la sécrétion et la motilité de vos intestins en plus d’être en lien avec l’appétit!

Le cortisol, le stress et les intestins

Le cortisol a la responsabilité de s’occuper de la résistance au stress et de réguler les métabolismes de bases. Les recherches démontrent que des épisodes de stress ayant mené à une élévation du taux de cortisol sur une longue période peut apporter plusieurs modifications au niveau gastro-intestinal, dont une colopathie, ainsi qu’une suppression du système immunitaire.

L’ostéopathie pour vous aider!

Lors de nos consultations en ostéopathie, nous pouvons vous aider à régulariser toutes les structures de votre corps étant reliées à l’axe cerveau-intestin. Nous pouvons donc Nous pouvons donc faire des bilans ostéopathiques pour que les zones bougent mieux dans votre corps.

Au plaisir de vous rencontrer et de vous aider dans votre cheminement!

Mélissa Grenier D.O., à la Clinique d’ostéopathie Espace O

(membre d’ostéopathie Québec)

melissagrenier@espaceo.ca

Pour prendre rendez-vous avec moi, cliquez sur le bouton ci-dessous

Références :
Bonaz, B. (2010). Communication entre cerveau et intestin. La Revue De Médecine Interne, 31(8), 581-585. http://dx.doi.org/10.1016/j.revmed.2009.09.035
Boron, W. et Boulpaep, E. (2012). Medical physiology. Philadelphia, PA: Saunders Elsevier.
Brummer, R. (2005). Nutritional modulation of the ‘brain–gut axis’. Scandinavian Journal Of Nutrition, 49(3), 98-105. http://dx.doi.org/10.1080/11026480510038074
Camirand, N. (2009). Dysfonction glandulaires et nerveuses, diagnostics et traitements ostéopathiques. Paris, France : Maloine
Enders, G. (2014). Le charme discret de l’intestin. Arles, France: Actes Sud.
Figley, C. (2012). Encyclopedia of trauma. Thousand Oaks, CA: SAGE.
Gershon, M. (2003). The second brain. New York, NY : Quill.
Kahle, W. et Frotscher, M. (2007). Atlas de poche d’anatomie. Tome 3 : système nerveux et organes des sens (4ème éd.). Paris, France : Flammarion médecine-sciences.
Mayer, E. (2000). The neurobiology of stress and gastrointestinal disease. Gut, 47(6), 861-869. http://dx.doi.org/10.1136/gut.47.6.861
Mayer, E. et Tillisch, K. (2011). The Brain-Gut Axis in Abdominal Pain Syndromes. Annual Review Of Medicine, 62(1), 381-396. http://dx.doi.org/10.1146/annurev-med-012309-103958
Westphal, M. et Sullivan, G. (2012). Neurobiological Effects of Trauma: In Interdisciplinary Guide. In C. Figley, Encyclopedia of Trauma: An Interdisciplinary Guide (1ère éd., pp. 404-408). Thousand Oaks, CA : SAGE Publications, Inc. Récupéré le 23 Septembre 2015 de http://dx.doi.org/10.4135/9781452218595.n136