Suite… sur l’axe cerveau-intestin

par Mélissa Grenier D.O.

Lors de mon dernier article, je vous ai parlé de certaines hormones ainsi que d’autres structures étant en lien avec l’axe C-I.
Dans cette suite d’article, j’aimerais davantage élaborer sur plusieurs structures cérébrales en lien avec cet axe. Toutes ces interrelations apportent certaines explications des liens entre le stress, l’anxiété et le système digestif.
Lorsqu’un facteur de stress est présent sur un longue période dans des situations où les personnes présentes des problématiques au niveau intestinal, cela produit de l’inflammation au niveau des muqueuses de l’intestin ainsi que de l’irritation des tissus.
Voici donc quelques structures cérébrales faisant partie du système limbique et étant en lien avec l’axe C-I et le stress:
L’hippocampe
L’hippocampe est un organe au niveau cérébral faisant partie du système limbique. Cette structure est impliquée dans le contrôle de la réponse face au stress, de la mémoire, ainsi que des aspects contextuels face au conditionnement de peur.

Les études en imagerie médicale concernant l’axe C-I chez les patients atteints du syndrome du colon irritable démontrent une diminution de l’activation de l’hippocampe. Donc, cette zone cérébrale est impliquée chez les patients présentant des problématiques de la sphère digestive.
Les chercheurs confirment donc que l’axe C-I est directement relié avec les émotions. De plus, il est important de spécifier que cet axe est bi-directionnel. Donc, lorsqu’il y a une atteinte digestive, cela peut affecter la sphère émotionnelle et inversement, un désordre de la sphère affective peut être en lien avec les déséquilibres du système gastro-intestinal.
L’amygdale
L’amygdale est une structure cérébrale faisant également partie du système limbique. Elle est impliquée dans l’encodage des informations émotionnelles, sensorielles et affectives. Cette région joue un rôle important dans la compréhension et le conditionnement du processus de la peur.

L’amygdale est également associée à l’axe C-I. Le cerveau va intégrer les informations en provenance du système digestif à l’intérieur d’un réseau organisé de plusieurs structures cérébrales, dont l’amygdale.
Le système limbique va agir au niveau des sensations viscérales, ce qui explique leurs liens avec l’axe C-I. Le stress qui implique donc le système limbique apporte des impacts au niveau de la régulation du système nerveux autonome. Ainsi, cela peut entraîner des conséquences au niveau de la sécrétion, de la motilité et de la réponse sensorielle des intestins.

Le cortex pré-frontal
Le cortex frontal occupe environ 35 % du cortex cérébral et possède plusieurs fonctions au niveau cognitif, moteur et sensoriel.

Les études en lien avec l’axe C-I expliquent également que lors d’un facteur de stress psychologique, il y aura l’implication du cortex pré-frontal.
Selon les chercheurs, cela pourrait expliquer les relations entre les dysfonctions du système digestif et les atteintes de la sphère affective. De plus, d’autres chercheurs démontrent que le cerveau a la capacité d’intégrer les informations provenant du tube digestif à l’intérieur d’un réseau constitué de plusieurs structures cérébrales, dont le cortex.

Amygdala_hippocampus
L’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (L’axe HHS)
Lorsqu’une personne fait face à une situation de stress ou de peur, le système nerveux sympathique est automatiquement activé, ce qui amène un état d’activation de l’axe HHS.
Cet état amène donc la libération de l’hormone corticolibérine à partir de l’hypothalamus. Cela va par la suite entraîner le relâchement d’une autre hormone à partir de l’hypophyse, la corticotrophine.
L’axe HHS est un système d’interconnexions au niveau hormonal qui régularise la réponse face au stress au niveau corporel. Ainsi, cet axe est aussi responsable des réponses immunitaires, de la digestion, de l’humeur et des émotions.
L’axe HHS est donc primordial pour l’interaction de l’axe C-I. Les facteurs de stress physiologiques et psychologiques provoquent les relâchements hormonaux et cela participe considérablement à l’altération du stress au niveau de la fonction gastro-intestinale. Plus précisément, ces perturbations peuvent bouleverser la mobilité gastro-intestinale, la diminution de l’intégrité de la muqueuse, ainsi qu’une hypersensibilité viscérale.

L’ostéopathie pour vous aider!
L’ostéopathie est une des approches pouvant vous aider dans votre cheminement pour améliorer votre état de bien-être pour relâcher plusieurs zones en lien avec l’axe C-I, le stress ainsi que toutes ses compensations.
 Ainsi, pour vous aider au niveau de ces problématiques, votre ostéopathe travaillera pour amener des points d’équilibre et des relâchements dans votre corps.  
Il est important de se rappeler que l’équilibre de la santé physique et mentale va également être aidé lorsque nous adoptons une bonne hygiène de vie (sommeil, alimentation, exercices, activités relaxation, etc.)

Au plaisir de vous rencontrer et de vous aider dans votre cheminement!

Mélissa Grenier D.O., à la Clinique d’ostéopathie Espace O

(membre d’ostéopathie Québec)

melissagrenier@espaceo.ca

Pour prendre rendez-vous avec moi, cliquez sur le bouton ci-dessous

Références :

Bonaz, B. (2010). Communication entre cerveau et intestin. La Revue De Médecine Interne, 31(8), 581-585. http://dx.doi.org/10.1016/j.revmed.2009.09.035
Brummer, R. (2005). Nutritional modulation of the ‘brain–gut axis’. Scandinavian Journal Of Nutrition, 49(3), 98-105. http://dx.doi.org/10.1080/11026480510038074
Figley, C. R. (2012). Encyclopedia of Trauma: An Interdisciplinary Guide. Thousand Oaks, CA: SAGE. doi:http://dx.doi.org.ezproxy.usherbrooke.ca/10.4135/9781452218595
Fisher, C. et Lerner, R. (2005). Encyclopedia of Applied Developmental Science (1ère éd., pp. 491-493). Thousand Oaks, CA: SAGE Publications. doi: http://dx.doi.org/10.4135/9781412950565
Grammatopoulos, D. (2012). Insights into mechanisms of corticotropin-releasing hormone receptor signal transduction. British Journal Of Pharmacology, 166(1), 85-97. http://dx.doi.org/10.1111/j.1476-5381.2011.01631.x
Gupta, M. (2013). Review of somatic symptoms in post-traumatic stress disorder. International Review Of Psychiatry, 25(1), 86-99. http://dx.doi.org/10.3109/09540261.2012.736367
Kahle, W. et Frotscher, M. (2007). Atlas de poche d’anatomie. Tome 3 : système nerveux et organes des sens (4e éd.). Paris, France : Flammarion médecine-sciences.
Marieb, E. et Hoehn, K. (2006). Human anatomy & physiology (7e éd .). San Francisco, CA : Pearson Prentice Hall.
Mayer, E. et Tillisch, K. (2011). The Brain-Gut Axis in Abdominal Pain Syndromes. Annual Review Of Medicine, 62(1), 381-396. http://dx.doi.org/10.1146/annurev-med-012309-103958