L’apport de l’acupuncture dans le traitement du cancer

par Christian Vyboh, acupuncteur.

 

 

Le cancer est une maladie qui nous touche tous de manière plus ou moins directe.  Certains d’entre nous auront à vivre au travers de cette épreuve, alors que d’autres auront à supporter un proche qui a été diagnostiqué.

Selon la société canadienne du cancer, au cours de leur vie, 2 Canadiens sur 5 auront un cancer.  En 2013, c’est 187,600 canadiens qui ont reçu un diagnostic.

Les principaux facteurs de risque sont le tabagisme, l’alimentation inadéquate ainsi que la sédentarité.

Incidence et pronostic: Chez l’homme, le principal cancer est celui de la prostate, alors que chez la femme, le cancer du sein qui est le plus important.

Heureusement, la conscientisation face au dépistage précoce et les traitements de plus en plus efficaces nous orientent vers un avenir prometteur. Suite à au diagnostic, la survie après cinq ans est observée dans environ 60%  des cas.  Le cancer de la thyroide, de la prostate et du sein ont le plus haut score de survie, alors que le cancer du poumon et du pancréas ont la plus faible probabilité. (source : société canadienne du cancer)

Oncologie et médecine chinoise: La médecine chinoise ne traite pas le cancer en tant que phénomène séparé de l’individu, mais oriente plutôt son intervention vers la globalité de la personne. Selon chaque cas, l’acupuncteur voit à identifier les singularités et le terrain propres à chacun qui contribue au développement de la pathologie.

Selon des études scientifiques, les symptômes les plus courants associés à certains cancers et à leur traitements dans lesquels l’acupuncture peut apporter un support considérable sont: la douleur  (D.Alimi), les neuropathies, la fatigue chronique (A.J.Vickers – memorial Sloan-Kettering Cancer Center), les nausées et vomissements postopératoires ou associés à la chimiothérapie (J.Shen, A.Molassiotis), la sécheresse de la bouche (Zqiqiang Meng, Md), les bouffées de chaleur, le lymphoedème (Barrie r.Cassileth), anxiété-dépression-insomnie (E.M. Walker),  ainsi que la qualité de vie en général.

Explication médicale chinoise classique (MC) (Selon Dr.Jeffrey Yuen): La médecine chinoise a identifié ce que l’on appelle  »cancer » aujourd’hui en d’autres termes, il y a de cela déjà plusieurs millénaires.  Trois termes principaux sont utilisés pour décrire les manifestations de la pathologie :

»Zhong » : gonflements

»Lao » : tumeur

»Zhu » et  »Ti »: accumulation et concentration

Selon la MC, les facteurs contributifs du cancer incluent autant les facteurs physiques que psychologiques: toxines, alimentation indésirable, sédentarité, prédisposition génétique, mais elle inclut également les conflits émotionnels non-résolus. Bien sûr, tous ces facteurs doivent être considérés dans leur chronicité, puisque le cancer se développe graduellement sur une longue période.

Les principes d’intervention en médecine chinoise dépendent de la condition de l’individu. Si le patient a les ressources et l’énergie nécessaire, nous choisirons de favoriser l’évacuation des facteurs pathogènes qui contribuent à la formation du cancer.  Au contraire, lorsque le patient est en phase active de traitement chimiothérapeutique, a un niveau très faible d’énergie et/ou est en rémission, le traitement vise d’avantage  à la production de liquides, de sang et d’énergie, afin que le corps puisse se régénérer de lui-même, et éventuellement se libérer du pathogène.

L’acupuncture offre également un soutient considérable à travers les états émotifs que la personne peut expérimenter; en favorisant le calme et la détente, l’acupuncture aide la personne de voir plus clair et à garder le cap dans cette épreuve de vie majeure.

En conclusion, l’acupuncture est un adjuvant thérapeutique important dans le traitement du cancer, et doit être considérée comme étant une partie de la prise en charge globale de la personne.

Christian Vyboh, acupuncteur

 

Sources:
La première partie de cet article est basée sur les recherches de M.Tran, qui travaille comme acupuncteur dans le département d’oncologie pulmonaire du Jewish Hospital. La deuxième est basée sur les enseignements de Dr.Jeffrey Yuen
1: Analgesic effect of auricular acupuncture for cancer pain: a randomized, blinded, controlled trial.
Alimi D, Rubino C, Pichard-Léandri E, Fermand-Brulé S, Dubreuil-Lemaire ML, Hill C.
Journal of clinical oncology. 2003 Nov 15;21(22):4120-6.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14615440
2: Acupuncture for Postchemotherapy Fatigue: A Phase II Study
Andrew J. Vickers, David J. Straus, Bertha Fearon, and Barrie R. Cassileth
Journal of clinical oncology, 2004 May 1; volume 22: p.1731-1736
3: The effects of P6 acupressure in the prophylaxis of chemotherapy-related nausea and vomiting in breast cancer patients
A. Molassiotisa,, A.M. Helinb, R. Dabboura and S. Hummerstonc
Complementary Therapies in Medicine  Volume 15, Issue 1 , March 2007, Pages 3-12
School of Nursing, Midwifery & Social Work, University of Manchester, Coupland III, Coupland
4:Randomized controlled trial of acupuncture for prevention of radiation-induced xerostomia among patients with nasopharyngeal carcinoma
Zhiqiang Meng, MD, PhD, M. Kay Garcia, DrPH, LAc, […], and Lorenzo Cohen, PhD
Cancer. 2012 July 1; 118(13): 3337–3344. (Published online 2011 November 9)
5:Acupuncture in the treatment of upper-limb lymphedema : Results of a pilot study
Barrie R. Cassileth MS, PhD1, Kimberly J. Van Zee MS, MD, FACS2, K. Simon Yeung, PharmD, LAc1, Marci I. Coleton MA1, Sara Cohen OTR/L, CLT-LANA3, Yi H. Chan DPM,LAc1, Andrew J. Vickers PhD4, Daniel D. Sjoberg MA4, Clifford A. Hudis MD3,*
Cancer : Volume 119, Issue 13, pages 2455–2461, 01 July 2013
6:  Acupuncture versus venlafaxine for the management of vasomotor symptoms in patients with hormone receptor-positive breast cancer: a randomized controlled trial.
Walker EM, Rodriguez AI, Kohn B, Ball RM, Pegg J, Pocock JR, Nunez R, Peterson E, Jakary S, Levine RA.
J Clin Oncol. 2010 Feb 1;28(4):634-40. doi: 10.1200/JCO.2009.23.5150. Epub 2009 Dec 28.