La mâchoire qui craque!…

par Agathe Jeanniot D.O. (Fr), ostéopathe chez Espace O

Bien que souvent peu investigués les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire touche pourtant une grande partie de la population. Le signe principal que vous souffrez de ce trouble est le fameux craquement, ou claquement, de la mâchoire. Cela peut arriver quand vous mangez, parlez ou baillez et n’est pas nécessairement douloureux. Mais avant de nous engager dans le pourquoi, voyons un peu d’anatomie pour comprendre le fonction de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM).

Anatomie

Le terme de mâchoire fait référence à l’ensemble de deux os, le maxillaire supérieur et l’inférieur ou mandibule. L’articulation temporo-mandibulaire quant à elle fait référence à l’ensemble entre le maxillaire inférieur, la mandibule, et un autre os : le temporal. C’est par celle-ci que le mouvement de la mandibule va pourvoir se faire, nous permettant de parler, mastiquer, déglutir et respirer.
Le temporal est un os pair, c’est à dire que l’on en a un de chaque côté de la tête. Il est situé au niveau des oreilles et de la tempe. C’est un os complexe qui en plus de nous permettre de parler nous permet également d’entendre puisqu’il contient la caisse du tympan et l’oreille interne.

L’ATM est une articulation suspendue, non soumise à des appuis par la force de gravité comme peut l’être la hanche par exemple. Le temporal constitue la partie fixe de l’articulation tandis que la mandibule est la partie mobile. C’est d’ailleurs l’une des plus mobiles du corps. Et qui dit mobilité dit instabilité et donc risque de luxation.
Une autre particularité de cette articulation est le fait que les deux côtés travaillent toujours ensemble, en stéréo. Un déséquilibre entre les deux (au niveau des dents) peut alors modifier ce travail et créer une instabilité.
Entre la fosse mandibulaire (au niveau temporal) et le condyle (au niveau de la branche mandibulaire) on trouve un disque articulaire. Ce disque biconcave (semblable a un globule rouge) permet le glissement du condyle dans la fosse. Ce sont des ligaments qui tiennent le disque en place en le reliant à la cavité (fosse) et à la mandibule. En plus d’assurer un bon glissement entre les surfaces articulaires, le disque permet également d’absorber la pression générée pendant la mastication.
L’articulation est entouré de ligaments qui vont lui donner sa stabilité durant les mouvements.
Le tout étant recouvert de muscles puissants qui vont permettre d’abaisser et de remonter la mâchoire.
Les muscles élévateurs qui ont pour fonction de ramener la mandibule en contact avec les dents du haut sont les plus nombreux et puissants. On estime que la force de fermeture est équivalente au poids de la personne! Attention à ne pas se faire mordre!
Les muscles abaisseurs sont moins puissants car le relâchement de leur antagoniste (muscle faisant le mouvement opposé) et la gravité aident déjà le mouvement d’abaissement.
Bien entendu nous retrouvons aux niveaux des deux maxillaires les dents qui vont entrer en contact pour former l’occlusion, c’est à dire leur bon engrenage. De façon idéal les dents du haut chevauchent légèrement celles du bas et il n’y a pas d’espaces entre les dents.
La malocclusion est, de fait, un mauvais positionnement des dents, une déviation ou variation de l’occlusion normale, une mauvaise relation des mâchoires entre elles. On trouve différents degrés de malocclusion qui peuvent ou non nécessiter une correction orthodontique.
Maintenant que nous avons vu un peu d’anatomie, voyons comment tout cela bouge.

Mobilité
Lors de l’ouverture de la bouche la mâchoire doit glisser vers l’avant; le condyle avance dans la fosse en embarquant avec lui le disque. Comme on peut le voir sur l’image ci dessous, après la fosse il y a un tubercule, c’est à dire une bosse, par dessus laquelle doit coulisser le condyle.
Cette action fait surtout entrer en jeu les muscles ptérygoïdiens. En position fermée le condyle a reprit sa place dans la fosse avec le disque toujours au dessus de lui.

Pourquoi ça craque?
Si les deux côtés de la mâchoire ne fonctionne pas harmonieusement cela peut entraîner un déplacement du disque ou l’endommager ce qui va créer le fameux craquement de la mâchoire.
 L’image ci-dessous détail le processus d’ouverture de la mâchoire en présence d’une luxation du disque. Le disque est déplacé en avant du condyle; lorsque l’on ouvre la bouche le condyle vient récupérer le disque en remontant dessus ce qui provoque un clac; puis quand on referme la bouche le condyle va revenir en arrière et perdre le disque ce qui va provoquer un nouveau clac.
Cause
On retrouve une prédisposition chez mes femmes entre 20 et 50ans. 
Les traumatismes peuvent bien sur engendrer un déplacement du disque ou l’endommager.
 Un serrement des muscles ou des dents de façon répétitive et accentuée peut causer des spasmes musculaires et générer de la douleur ainsi que créer des tensions au niveau du disque. 
Le grincement de dent, ou bruxisme, à le même impact.
-Le stress et les tensions psychologiques
. L’hérédité peut avoir son mot à dire
. Les pathologies, maladies telles que l’arthrite ou les maladies dégénératives articulaires
Et bien entendu les problèmes dentaires qui vont venir déséquilibrer les pressions sur les mâchoires et modifier l’occlusion. Que ce soit un déplacement de dent suite à la perte d’une dent, une malposition ou même un plombage trop en relief.
 Le port d’appareil dentaire qui vient lui aussi appliquer une très grande force pour permettre aux dents de se réaligner peut venir causer un stress au niveau de l’articulation.
Symptômes
Pour ce qui est des symptômes ils peuvent être divers et variés.
On peut avoir une douleur lancinante en avant de l’oreille,
 un inconfort et une douleur qui peuvent irradier dans la nuque et les épaules ainsi que dans la mâchoire,
 les muscles de la mâchoires sensibles,
 le fameux craquement ou claquement quand on mange, baille ou parle,
 des problèmes auditifs,
 une réduction de l’ouverture de la mâchoire ou une difficulté à l’ouvrir,
 des maux de têtes, 
les dents sensibles, 
une dislocation à l’ouverture (on ne peut plus refermer la bouche).
Et l’ostéopathie alors?
Dans l’étude de la posture la mâchoire est considérée comme l’un de ses pivots. En effet c’est une région stratégique pour notre équilibre, au même titre que les yeux ou les pieds.
Des chercheurs américains semblent avoir mis en évidence que les enfants portant un appareil dentaire souffriraient davantage de problèmes de colonne vertébrale que ceux n’en portant pas.
En effet comme mentionner plus haut, le port d’un appareil dentaire génère des contraintes très grandes au niveau des dents et de la mâchoire et le corps doit être en mesure de les gérer! Parfois donc les tensions se dispersent et vont se loger au niveau de la nuque; du dos etc. et on se retrouve avec des maux de têtes, des vertiges ou même de la difficulté à se concentrer.
Cela ne signifie pas pour autant que l’orthodontie est à proscrire car nous avons également vu qu’une bonne occlusion est primordiale mais vous pouvez faire suivre votre enfant ou vous même pour le port d’appareil chez les adultes, par un ostéopathe qui va faire en sorte d’équilibrer le corps au fur et à mesure du traitement pour que celui-ci l’accepte sans générer de douleurs. On peut également en parler à son orthodontiste pour demander un traitement plus doux, avec des réglages moins forts.
Bien sur le traitement sera déterminé par la cause si celle-ci est déterminable au départ.
Le traitement ostéopathique consistera en un travail de toute la sphère crânienne , c’est à dire que l’on vérifiera les différents os du crâne pour voir s’il y a des tensions ou des « dysfonctions » au niveau de leur mobilité. Au niveau de la mâchoire le thérapeute pourra venir faire un travail en voie intra-bucale (dans la bouche) pour accéder aux muscles ptérygoïdiens et normaliser les tensions présentes.
Bien sur il faudra vérifier également le reste du corps car comme la mâchoire peut influencer la posture, la posture peut également influencer la mâchoire et des troubles posturaux, tel qu’un déséquilibre au niveau du bassin ou des membres inférieurs peuvent se répercuter via les chaînes musculaires jusque dans l’ATM.
 On peut donc être amener à venir traiter votre mâchoire sans que cela soit le motif de consultation initial!
Le traitement de l’ATM en ostéopathie peut être conjoint à un travail de votre dentiste et il est toujours bon d’aller faire vérifier sa dentition pour voir s’il n’y a pas d’usure au niveau des dents qui nécessiterait le port d’un appareil nocturne pour contrer le grincement de dents par exemple.
Les exercices de respiration, la méditation ou toute approche permettant de se décontracter et se relaxer sont toujours vivement conseillées afin de réduire les tensions musculaires générales et plus spécifiquement au niveau de la mâchoire.

Si vous souffrez d’un tel problème, il me fera plaisir de vous accueillir à la clinique,

Agathe Jeanniot, ostéopathe chez Espace O

a.jeanniot@espaceo.ca

Pour prendre rendez-vous avec moi, cliquez sur le bouton ci-dessous

Références

http://reflexosteo.com/cette-machoire-qui-craque/
https://toulouseosteopathe.com/?s=atm
http://www.aos-journal.org/articles/aos/pdf/2013/05/aos2013265p04.pdf
https://www.orthodontisteenligne.com/dentition-2/normale/
http://imedecin.com/Osteologie-les-os-du-corps-humain/description-anatomique-du-maxillaire-inferieur-ou-mandibule.html

https://www.orthodontisteenligne.com/appareils/articulations-atm/
https://www.cda-adc.ca/fr/oral_health/talk/complications/temporomandibular_disorder/